Alonso

Alonso Galapagos est né vers 1920 dans un village non loin de Valence (Espagne).
Très jeune il s’engage dans la CNT où il est chargé de peindre les banderoles.
Avec sa milice il lutte en compagnie de la brigade Lénine. Il y rencontre Georges Orwell avec qui il se lie d’amitié.
Il doit ensuite s’enfuir en France et travaille alors dans une imprimerie qui fabrique des cadres pour des aphorismes, proverbes, citations… à destination des intérieurs français et qui connaissent un grand succès.
En 1967 il participe au mouvement situationniste au côté de Guy Debord pour qui il sérigraphie des slogans sur des pavés extraits des rues parisiennes.
L’année suivante il effectue un voyage au Japon pour interviewer Yasunari Kawabata à l’occasion de son prix Nobel de littérature. Celui-ci lui fait découvrir les tankas.
Aujourd’hui retraité et handicapé dans le sud de la France il crée ces cadres de poésie labile à vocation domestique qu’il vend sur les marchés du Languedoc.
Ils sont écrits à la main et ont pour principes d’être instables, fragiles et résolument mutables…

Laisser un commentaire